Avec des dépenses d’équipement brutes de 192 € par habitant, Maisons-Alfort investira en 2016 40 % de moins que la moyenne des communes de notre strate (320 € par habitant). L’observation n’est pas nouvelle, année après année la commune sous-investit.

Les dépenses d’investissement devraient ainsi s’élever à 14,63 M€ en 2016, ce qui permet tout juste de couvrir l’amortissement de la dette de la commune pour 4,1 M€ et les dépenses d’entretien du patrimoine maisonnais (banquettes de pianos, changement de gouttières, lave-vaisselles, alarmes, remplacement d’extincteurs, etc.)

Seuls trois projets dépasseront en réalité les 500 000 € : la création de deux centres de loisirs à Busteau et aux Planètes, conséquence de la réforme des rythmes scolaires (le centre de loisirs d’Epinay-sous-Sénart sera en contre partie vendu) et la rénovation de l’éclairage public qui n’en finit pas de durer.

Côté recettes, 4,7 M€ viennent de l’excédent de la section de fonctionnement (soit un taux d’autofinancement net de 7,6 %), 1,45 million du fonds de compensation de la TVA, un fonds destiné à aider les collectivités territoriales à investir.

À cela il convient d’ajouter des recettes exceptionnelles. 6,4 M€ seront ainsi versés à la commune par BNP Paribas pour la construction de l’immeuble « Royal Mansart ». Si ces recettes sont évidemment bienvenues, on observera leur caractère aléatoire.

Compte tenu de la faiblesse des dépenses et de l’importance des recettes exceptionnelles, l’endettement de la commune baisse. Il serait inquiétant qu’il en soit autrement.

Share This