Budget 2017 : Priorité à l’immobilisme !

En fonctionnement comme en investissement, le budget 2017 reconduit largement les actions entreprises les années précédentes, qui elles même reconduisaient les actions des années d’avant etc… Si nos anciens continueront à être bien traités, c’est une bonne chose, on aurait souhaité des orientations plus ambitieuses, et surtout plus en phase avec les attentes actuelles des Maisonnais. (suite…)

Un choc financier à Maisons-Alfort ? On cherche encore…

Le Maire de Maisons-Alfort explique à qui veut l’entendre que l’État a imposé à notre commune un « choc financier » sans précédent : baisse des dotations, revalorisation des salaires des fonctionnaires, péréquation intercommunale, réformes des rythmes scolaires.

Il y a quelques mois une banderole avait même été installée sur le fronton de la mairie, indiquant « commune en danger ». Pourtant la ville n’a pas vu son endettement progresser, les tarifs de ses prestations augmenter ou les taux d’imposition s’accroître de nouveau.

À en croire le Maire, le salut de nos finances ne viendrait que de son exceptionnelle capacité à gérer son budget. (suite…)

Les Primaires citoyennes : rendez-vous les 22 et 29 janvier 2017

Initiées en 2011 pour la première fois par plusieurs partis de gauche, les primaires s’inscrivent pleinement comme un acte de citoyenneté.

Les dimanches 22 et 29 janvier 2017, les maisonnais qui le souhaitent pourront choisir leur candidat unique de la gauche (Parti socialiste, Union des Démocrates et des Écologistes, le Front Démocrate et le Parti Écologiste) à l’élection présidentielle à Maisons-Alfort comme partout en France. (suite…)

Le Parisien : «Maisons-Alfort : polémique autour du transfert de 5 000 logements sociaux»

Vent de fronde à Maisons-Alfort autour du logement social. Contrairement à bon nombre de communes qui ont transféré la gestion de leur parc immobilier vers des bailleurs déjà existants, le conseil municipal a voté la semaine dernière un pacte d’actionnariat afin de créer une société de gestion de ses HLM. En clair, Maisons-Alfort ne renonce pas complètement à ses quelque 5 000 logements sociaux jusqu’ici contrôlés par l’office public d’habitat (OPH). Ce qui a le don de faire bondir l’opposition PS.

« Le maire avance masqué en ne donnant aucune explication sur les vraies raisons de cette mesure, affirme Sophie Gallais, élue PS. En fait, il contourne la loi ALUR qui précise qu’à compter du 1er janvier 2017 les OPH doivent être rattachés à une intercommunalité, en l’occurrence, la Métropole du Grand Paris ».

Lire la suite sur le site du Parisien :
http://www.leparisien.fr/maisons-alfort-94700…